Introduction

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le cerf-volant

Lucanophile ou cerf-voliste ?

Le terme  « lucanophile », officiel mais un peu archaïque, a fait place à « cerf-voliste », plus simple et plus moderne.  La pratique du cerf-volant a en effet énormément évolué et n’a plus grand-chose à voir avec les cartes postales d’antan ou avec une pratique limitée aux jeux d’enfants.  Il y a certes toujours une forte histoire et tradition dans le cerf-volant, que ce soit une influence asiatique ou historique occidentale mais les matériaux modernes ont permis une explosion de la créativité et une diversification des pratiques.

Le cerf-volant moderne est devenu bien plus qu’un jeu d’enfant, c’est un loisir créatif à multiples facettes. Il y a le plaisir de la conception, de la construction, de faire voler et bien sûr de partager avec d’autres passionnés.

Vue d'ensemble des "constructeurs" le 24/25 février 07  Atelier du NCB: construction d’un Roller double voile.

Construire ses cerfs-volants

Avec l’expérience, le cerf-voliste évolue de plus en plus vers la conception et la construction, mais sachez que rien, ni personne ne vous oblige à construire vous-même vos cerfs-volants.  Le premier plaisir est de faire voler un cerf-volant, simplement pour le moment de détente que cela procure.  Il est tout à fait normal de commencer la pratique du cerf-volant avec des produits achetés dans le commerce.  Il y a énormément de cerfs-volants disponibles dans le commerce qui vous permettront de goûter au plaisir de faire voler un cerf-volant.  Il y a peu de magasins de cerfs-volants, sauf à la côte bien sûr ; vous trouverez la plupart des « kite shops » en ligne.

Lorsque vous viendra l’envie de construire, vous trouverez dans les pages « Plans » de ce site de l’information pratique pour commencer à construire.

Avant tout, il faut démystifier la construction d’un cerf-volant. Il n’y a pas de techniques très compliquées à connaître. Il faut bien sûr disposer d’une machine à coudre et juste savoir faire des coutures droites. Il faut choisir un plan de cerf-volant éprouvé, qui volera à coup sûr ; dans la section Construction vous trouverez quelques plans. Un modèle de cerf-volant monofil, simple à construire et au vol garanti comme le Rokakku, modèle d’origine japonaise, est une bonne entrée en matière. Le tissu utilisé est le plus souvent du nylon (comparable au tissu utilisé pour les spis des voiliers). On le trouve dans les kite shops et parfois dans des magasins de tissus. Les baguettes sont maintenant le plus souvent en fibre de verre ou de carbone, disponible dans les mêmes kite shops. Sachez que le NCB dispose d’un économat qui peut vous fournir tous les matériaux nécessaires.

Joëlle et Thierry Caudron

Les grandes étapes de la construction sont: premièrement dessiner le cerf-volant grandeur nature, soit avec des gabarits en carton, soit directement sur le tissu tendu sur la table de travail. Ensuite on coupe le tissu en suivant le gabarit, on ajoute les diférents renforts là où la toile est attachée aux baguettes, encore un ourlet et la toile est finie. Vient ensuite la structure, les différentes baguettes qu’il faut couper à longueur, connecter entre elles et attacher à la toile. La dernière étape est le bridage,  constitué des fils qui relient le cerf-volant à la ligne de retenue et qui permettent de régler le cerf-volant pour qu’il soit bien stable. Certains modèles voleront avec une queue stabilisatrice, d’autres sans. Il faut encore une ligne, un enrouleur, un peu de place et du vent.

Le NCB organise régulièrement des ateliers de construction qui donnent l’occasion d’apprendre au contact de cerfs-volistes plus expérimentés.  Sinon, lors de tout rassemblement, il suffit de demander et on vous expliquera avec plaisir.

Les "Roller" terminés le 25/2/07

Les différentes pratiques de cerfs-volants

Il y a de très nombreuses pratiques possibles, que l’on peut diviser en quelques grandes catégories : cerfs-volants pilotables, cerfs-volants statiques et cerfs-volants de traction.

Cerfs-volants pilotables

Les plus connus sont les cerfs-volants de forme « delta », à deux fils qui permettent de faire toutes sortes de figures. C’est par ce type de cerf-volant que beaucoup ont commencé. Il en existe des variantes plus sophistiquées qui permettent de faire des acrobaties complexes, ce que l’on appelle du « freestyle ».

Il existe également des cerfs-volants pilotables à 4 lignes, qu’il est possible de faire avancer, stopper, reculer, tourner sur place… Les plus connus sont du type « Revolution ».

Et enfin, plus inattendu, il y a des cerfs-volants pilotables à un seul fil. On ne peut que tirer et lâcher le fil mais ces cerfs-volants sont instables et lorsque le fil est relâché, ils tournent sur eux-mêmes. Lorsqu’ils ont le nez dans la direction voulue, on tire sur le fil et ils partent droit devant eux.  Ce genre de cerf-volant est utilisé dans toute l’Asie pour faire des combats durant lesquels on essaie de couper le fil de l’adversaire. En version occidentale, on essaie simplement de toucher le fil de l’adversaire, ou de voler juste pour le plaisir. Il y a également des cerfs-volants monofils qui sont faits pour être les plus planants possible et que l’on fait voler par vent très faible, voire même en intérieur !

Cerfs-volants statiques

Ce sont les cerfs-volants que l’on voit le plus souvent lors des festivals, de toutes tailles, formes, couleurs, décorations. Il permettent toutes les libertés de création, leur seul but étant d’être beaux, de décorer le ciel. Certains sont des structures souples, qui se gonflent pour prendre leur forme.

On peut accrocher encore un appareil photo à la ligne de retenue d’un cerf-volant statique pour faire de la photo aérienne.  L’appareil est télécommandé, parfois même avec un retour d’image video pour ajuster le cadrage.

Ce type de cerf-volant permet aussi de faire monter une navette le long de la ligne de retenue et de lâcher des nounours parachutistes ou des bonbons.

Cerfs-volants de traction

Ce sont les grands cerfs volants utilisés pour le kite-surf, ou sur la plage pour tracter un buggy, un landboard ou ou un mountainboard pour des pratiques plus sportives.

Cerfs-volants indoor

Ce sont des cerfs-volants construits le plus léger possible pour pouvoir voler en intérieur. Ils sont aussi bien à 1, 2, ou 4 fils. Le vent nécessaire est créé par le pilote qui marche en arrière, cela suffit à les faire voler. Pour les cerfs-volants monofils, on tire sur le fil pour faire monter le cerf-volant, puis on le laisse planer, on le fait tourner, puis remonter.

La plupart des cerfs-volistes pratiquent différentes formes de cerf-volant, sans exclusive. Les différentes opportunités de lieu et de conditions de vent permettent de pratiquer l’une ou l’autre version de ce loisir infini.

Les festivals

Ce sont des rassemblements de cerfs-volistes qui se réunissent pour le plaisir de voler, de se rencontrer, de montrer leurs dernières créations. Il y a plusieurs festivals organisés chaque année à la côte belge, à Nieuport, Ostende, Knokke, Anvers…  Il y a également des festivals sur les plages du nord de la France à Berck, Dieppe Hardelot… et aux Pays-Bas.  Il y a encore beaucoup d’autre festivals qui se déroulent à l’intérieur des terres. Il n’est pas indispensable d’être à la plage pour voler; il suffit d’avoir de l’espace. Voyez la rubrique « Calendrier » pour avoir les dates et lieux mis à jour.

La participation aux festivals est ouverte à tout cerf-voliste, débutant comme confirmé, ayant un seul petit cerf-volant dans son sac, ou une imposante armada, il suffit de s’inscrire auprès des organisateurs. Les festivals sont également l’occasion de rencontrer les professionels du cerf-volant qui sont invités par les organisateurs pour y faire le spectacle.

Pourquoi devenir membre du NCB

Votre affiliation au NCB vous connectera au plus grand club belge et vous permettra de bénéficier de l’aide de cerfs-volistes confirmés pour démarrer ou progresser dans le cerf-volant, quelle que soit la variante que vous pratiquez. L’affiliation vous donne également accès aux services offerts par le club : la publication d’une revue 4 fois par an, une assurance en responsabilité civile, des contacts et de l’aide, la rencontre d’autres membres aux rassemblements, la participation aux ateliers de construction et l’accès à l’économat du club où vous pourrez vous procurer les matériaux de construction.

S’INSCRIRE AU NCB

>> Néerlandais, Anglais