FAQ

Questions fréquentes/ FAQs

Pourquoi le cerf-volant delta pilotable que j’ai acheté à la plage ne vole-t-il pas ?

Il arrive souvent qu’un petit cerf-volant pilotable (à deux lignes), de forme delta (triangulaire), acheté dans un magasin de la digue, ne vous donne que déception et aucun amusement. Malheureusement en effet, beaucoup de ces petits cerfs-volants sont faits de matériaux bon marché, donc lourds. De plus ils sont de petite taille. En conséquence, ces cerfs-volants ont besoin d’un vent moyen à fort (car lourds) et ils voleront vite (car petits), ce qui ne facilite pas la tâche d’un débutant. Il ne faudrait pas acheter de cerf-volant de ce type qui ait moins de 1,5 mètre d’envergure. Un cerf-volant un peu plus grand, certes un peu plus cher, volera avec moins de vent et plus lentement. Ce sera plus facile pour le débutant d’apprendre et de s’amuser. Pour débuter, le cerf-volant qui vole à tous les coups est du type gonflable, parfois appelé « matelas ».

Une erreur fréquemment vue est d’essayer de dérouler les 2 fils avec le cerf-volant en l’air. C’est la chute assurée. Il faut d’abord dérouler la longueur voulue, au moins 20 mètres, et ensuite faire décoller le cerf-volant. Des lignes plus longues ralentissent le cerf-volant, donnent plus de temps pour réagir.  C’est beaucoup plus facile qu’avec des fils courts.

Une autre erreur est de se mettre à un endroit qui n’est pas bien exposé au vent et de ne pas se mettre exactement le dos au vent.

On voit également souvent des débutants qui dirigent leur cerf-volant les bras en l’air ; ça n’aide pas à faire monter le cerf-volant. Il faut simplement garder les mains devant soi et accompagner le cerf-volant dans ses évolutions.

Il est également nécessaire de régler le cerf-volant en fonction de la force du vent du moment, c’est normal pour tous les cerfs-volants. Sur la plupart des cerfs-volants deux-lignes, il est possible de régler l’incidence du cerf-volant (c’est-à-dire l’angle qu’il fait avec le vent) en déplaçant le point d’attache (déserrer le nœud, faire coulisser, reserrer) le long du bridage (les lignes courtes qui relient la structure aux lignes de retenue). Par vent faible, on met le cerf-volant plus à plat pour qu’il vole le mieux possible. Il faut donc avancer le point d’attache vers le nez. Plus le vent monte, plus on va ouvrir l’angle (allonger les brides entre le nez et le point d’attache), cela ralentit et stabilise le cerf-volant. Si le cerf-volant ne veut pas décoller, ou bien fait un bond en l’air et tournoie d’un côté ou de l’autre et se plante, c’est souvent que l’angle est trop ouvert ; il faut modifier le réglage, le mettre un peu plus à plat.  Attention, ces réglages sont sensibles, il ne faut déplacer le point d’attache que de 1-2 cm à la fois jusqu’à trouver le bon réglage.

Avec ces quelques précautions, tout devrait se passer plus facilement et avec plaisir.

Où y a-t-il moyen de voler ?

Idéalement, bien sûr, à la plage avec un vent venant de la mer. Mais tout espace suffisamment grand, terrain de football, prairie, pelouse… pourra faire l’affaire. Il faudra bien sûr un peu de vent, et pas trop turbulent. L’orientation et le dégagement du terrain sont importants. Il faut également s’assurer que la pratique du cerf-volant n’y est pas interdite et surtout qu’on ne risque pas de blesser quelqu’un avec le cerf-volant ou en l’accrochant avec ses lignes, sans quoi la pratique du cerf-volant y sera rapidement interdite.

En fonction des endroits dont on dispose, on adaptera sa pratique : powerkite à la plage, pilotables multifils et statiques un peu partout, monofil planant pour les endroits mal ventés. Il reste encore la pratique indoor, voire même dans son salon avec des minis cerfs-volants hyper légers.

>> Néerlandais, Anglais